lundi 5 décembre 2016

Silver Glitter (ou presque)

Hello ^^ 

Pour une fois, je publie en temps et en heure mon maquillage pour le Monday Shadow Challenge organisé par Séverine du blog  Pimpante et rafraichie et les modalités de participations sont ici.

 
Donc, en temps et en heure, pour une fois.

Lorsque j'ai découverts le thème du mois, j'ai failli renoncer à participer: les paillettes! Déclinées en différentes teintes. Et si je suis une grande fan des fards pailletés, je ne possède pas de paillettes pures. Du tout. Et ce n’est pas faute d'avoir cherché des paillettes pures mais cela s'est avéré très très très ardus. 

Autant te dire que je suis devenue toute blanche, je me suis dit "Merde, j'aurai du chercher des paillettes plus tôt, je savais que ça allait sortir"  puis j'ai vu le petit "tu peux très bien choisir des fards pailletés" et je me suis dit: ma fille même comme ça, ce n’est pas gagné...
 

Pour l'argent, j'étais quand même sauvée car je possède un magnifique fard argent qui est un véritable concentré de paillettes pressées: Revolt de l'Electric Palette millésime été 2014 maison Urban Decay. Sauf que se fard est poudreux et que les paillettes devienne fades sur la paupière. J'ai alors sorti mon atout magique: la Pixie Epoxy et Revolt a balancé dans les watts comme jamais! 

Pour ce make up j'ai fait ultra simple: je me suis servie de ma Fawless de Makeup Révolution. (Article avis en cours d'écriture \o/) 

J'ai posé ma base puis j'ai utilisé Silver Smocky, le gris en base sur la paupière mobile puis je l'ai remonté haut, presque sous le sourcil. Tapotage avec la Pixie puis pose de Révolt. Estompage entre les deux. Micro touche de Black Night le noir pailleté pour foncer le creux. Paper en transition et Highlight en touche lumière sous le sourcil. Mascara. Fini.



J'ai utilisé le très beau Vintage de Nyx sur les lèvres. 


J'adore le résultat, je pourrais franchement le porter comme make up des fêtes mais je suis aussi sortir faire mes courses avec. Revolt en envoie tellement qu'on ne voit que lui. Malheureusement, les paillettes ne sont pas très présentes.



Désolée j'avais les cheveux gras... 

La semaine prochaine, il s'agira de paillettes violettes...Après moultes recherches, j'ai retrouve un pigments Barry M qui fera bien l'affaire ainsi que mes paillettes dorées. Bref, je saurais participer tout le mois :) 

Vendredi, je te donne enfin mon avis sur les produits Nyx que j'avais reçu en aout.

Des bisous et bonne semaine. 

Cari

vendredi 2 décembre 2016

Le revers du métier d'aide soignante.


Hello^^

Aujourd'hui un article un peu moins jojo. Comme ça tu es prévenu(e).


 J'ai hésité a appuyé sur "publier" jusqu'au bout. 

Je voulais un peu te parler de mon travail et de ses aspects les moins reluisants ou drôles.

Je crois que si tu me suis depuis un bout de temps, tu sais à quel point j'aime mon travail et quel point il m'enrichit. Pas toujours en espèces mais humainement. 

Il m’oblige régulièrement à sortir de ma zone de confort, à trouver des astuces et des solutions. A me dépasser. A m’améliorer. A donner le meilleur de moi-même. Constamment. Je m'efforce d'être flexible, adaptable sans jamais renier la personne que je suis, mes valeurs et mes convictions. Pour me décrire, je dirais que je suis un caméléon: toujours moi à l'intérieur mais changeante à l'extérieur. Parce que les gens doivent autant s’adapter à toi que toi a eu. Et plus toi qu’eux d'ailleurs :)

Cela pourrait être une porte d'entrée au burn out mais même pas. Je sais faire la part des choses et j'ai une équipe avec moi.  Je suis bien dans ce que je fais. 

Certes je patauge dans les fluides corporels (pour le dire poliment) les gens ne sont pas toujours gentils ou agréables, les horaires sont fantasques, parfois on doit faire avec les familles qui pensent qu'une aide-soignante à deux de tension et qu'on s'alarme pour en rien, qu'on en demande trop  ou qu'on pique leur place. Ce qui est faux. Et qu'on coûte cher. Ce qui est vrai. Mais tu connais beaucoup de services aux personnes qui, si tu n'es vraiment pas bien et que si tu sonnes pour avoir quelqu'un le jour même, on se démerdera pour t'envoyer une bonne âme veiller sur toi... le jour même? Alors oui, les gardes malades ne sont pas données mais le service est d'une autre qualité. 

D'ailleurs plein de gens le disent: "Je trouvais ça cher mais vous valez franchement qu'on vous paye autant: les autres services ne font pas autant que vous".

C'est le 1er point qui fait un peu mal: les sousous dans la popoche. 

Le second point peut être résumé par le côté "pipi-caca" du métier. Si j'avais un euro à chaque fois que je vois une paire de fesses, je le jure, je serai riche! 

Mais à côté de ça, tu rencontres des tas et des tas de gens gentils, sympa, serviables, agréables, pleins d'humours... à force de les croiser, tu te lies, ils ont leurs préférences (toi aussi mais tu le montre pas...) tu t'entends avec les familles, ça roule ma poule! 

Le troisième point ce que j'ai parfois l'impression de me sentir comme deux ronds de flans, inutile et incompétente. Quand les gens t'expriment leur douleur et souffre, toi t'as l'air sacrément con car tu ne sais rien faire. Tu es impuissant à soigner les maux. Alors tu prêtes une oreille compatissante ou tu leur dit tout simplement que tu entends bien leur douleur mais que tu n'as pas de solution miracle. Ni de panacée universelle.  

Parfois te remplace la famille parce que les gens n'en n'ont pas, sont trop loin, délègue totalement aux gardes...

Bref, t'as beau faire, les patients tu t'y attache. 

Et le dernier, le gros, le prévisible mais le revers qui fait mal: quand les gens s'en vont là où tu ne les rejoindras pas. 

La mort fait partie de mon travail aussi bien que la vie et parfois j'ai dur, j'ai vraiment dur. Certains qui partent me rappellent à quel point je ne suis qu'un être humain qu'il fait tout ce qu'il peut. Avec ses des tripes et son cœur.


J'ai perdu plusieurs patients que j’appréciai vraiment. L'impact était peut-être plus fort car la personne était bien entourée par la famille et l'aidant professionnel accueilli à bras ouvert.  Des familles dans lesquels tu te sens bien.

Il y a un an, une petite dame s'en allait, âgée de 91 ans et atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle s'est éteinte doucement, telle la flamme d'une bougie qui se consume, paisiblement. C'est la 1ère à avoir fait frémir mon cœur, la 1ère pour lequel j'ai versé une larmichette. Parce qu'elle m'a appris que les Alzheimer avaient une autre mémoire, une mémoire tactile. Qu'ils associent les sons, les voix à quelque chose. 

C'est une anecdote que je me plais à raconter tant elle m'a marquée. J'y allais  fréquemment, entre une et deux fois semaines, dans la tranche horaire de 13h30 à 18h30. Une belle demande, pas difficile avec une pathologie que j'adore. Car j'aime particulièrement m'occuper de ses malades-là même si ce sont les plus difficiles. 

L'année passée, mes heures sup' de mars ont fait que j'avais presque bossé mon mois d'avril. J'ai donc travaillé... 16h. Lorsque je suis revenue la 1ère semaine de mai, j'étais un peu triste, me disant qu'elle m'avait sûrement oubliée, puis je me suis vite reprise en me disant que c'était l'occasion de recréer quelque chose de beau. La dame dormait à mon arrivée. Je lui ai fait un bisou sur le front et lui ai chuchoté: "Bonjour Nénette, c'est Carole". Elle s'est réveillée d'un coup m'a recardé les yeux grands ouverts comme je ne les avais jamais vu et m'a fait un énorme sourire. Si grand qu'il lui prenait presque tout le visage. Je lui ai souris en retour avec un : "Moi aussi je suis contente de revenir près de vous"

Puis j'ai vaqué à mes tâches. 

L'infirmière est arrivée pour la toilette de la dame et me dit tout de go " Ah on voit que c'est toi, elle est plus détendue". Je regarde l'infirmière et lui dit "Hé tu charrie!" "Non, je le vois à sa manière d'être".  On s'occupe à laver la dame. Puis ça me titille et je lui glisse innocemment: "Elle m'a fait un super grand sourire quand je suis arrivée, j'avais jamais vu ça. Tu as raté quelque chose, ce n’était pas la même Nénette". 

"C'est normal elle t'associe à quelque chose de positif, les Alzheimer ont une autre mémoire que nous, plus tactile..." 

Je jure que ça m'a payé mon mois. En 2 ans que je la connaissais, cette dame m'avait appris plus que mes deux ans de cours. (Bah j'en ai les larmes aux yeux!)


Le deuxième patient qui lui m'a fait pleurer, est décédé dimanche. Lorsque je l'ai rencontré, sa femme était mourante. Super ambiance et super pour commencer. Son épouse est décédée trois jours plus tard. Mes collègues y avait été avant moi mais sa femme était un peu, beaucoup hyper exigeante et avait finir par faire fuir mes collègues. J'étais un peu le dernier recours, haha

Ce Monsieur, j'y ai fait des heures, des heures et des heures. Depuis mars je crois bien que j'y ai fait la moitié de mes heures. On y était bien. J'avais l'impression d'entrer chez moi. Et on s'entendait vraiment bien. On avait un bon feeling. Je n'avais aucun problème avec sa famille. Il explosait de forme pour un jeune de 89 ans. Tellement que son coma et son décès furent brusques! Ma collège C. m'avait prévenue qu'il était mourant que la famille souhaite me prévenir si je voulais lui dire au revoir. Je suis arrivée 1/2 heure trop tard car je travaillais. 

Étant là, j'ai aidé ma collègue J à le laver et l'habiller. Avec sa famille, on l'a fait tout beau pour son dernier voyage.

Puis je me suis retirée et je suis rentrée chez moi. 

Et le soir avant de m'endormir, j'ai passé en revue tout ce que j'avais fait pour lui. Et je me suis dit que j'avais bien bossé et rien à me reprocher. Que mon travail avait été réalisé comme il se le devait: parfaitement. Que la psycho rigide  maniaque qui sommeillait en moi était satisfaite. 

Et si c'était à refaire? Je referai tout pareil.

J'ai été rendre visite. Et j'ai pu mettre un point final dans ce chapitre de mon travail. 

Je vais encore m'attacher à d'autre patients et d'autres me donneront encore un pincement au cœur quand ils partiront. C'est un gros revers à mon travail. 

Mais construire quelques choses avec des gens, c'est tellement gratifiant et épanouissant, cela m'apporte tellement que ça vaut bien la peine d'avoir bobo au cœur parfois. 

Je suis ce que je suis avec mon cœur, mes sentiments et mon professionnalisme, je suis un être humain qui vit à fond ce qu'elle aime. Et c'est très bien comme ça. 

Oui ça fait mal, mais bon sang, que j'aime se métier!

Je me demande encore si j'ai bien fait de faire paraître cet article, mais tant pis, j'assume!

Milles bisous,

Cari

mercredi 30 novembre 2016

Mon nez et moi. [Part 1]

Hello ^^

Cet article sera écrit en plusieurs fois afin de te parler au mieux de mon nez, ses habitants gluants et moi.



Je te préviens, c'est long... je te conseille de t'installer confortablement avec un p'tit quelque chose à boire: thé, café, chocolat chaud, mojito, whisky...

Je pense l'avoir mentionné quelques fois dans le blog mais je souffre de sinusites chroniques depuis des années.  Ça me demandais juste d'avoir des actions dans le labo qui crée le rhynospray, mon médoc débouche naseaux attitré.

Un jour j'en ai eu marre de mes sinusites qui me donnais l'impression d'avoir coulé du béton compact dans mes sinus ou au contraire, d'avoir un robinet qui fuit à la place de mon nez. 

J'ai été consulté une ORL il y a trois ans qui semblaient dire que mes rhinites et autres joyeusetés en -ites (sinusites, otites, pharyngites...) étaient exclusivement dues à ma déviation de la cloison nasale et à rien d'autre et que seule l'opération m'était conseillée.

J'avais été un peu sonnée... je pensais que mes allergies y étaient aussi pour quelques choses (La réponse est oui) et que cela donnait l'impression d'un "j’ai besoin d'argent, laisse moi te charcuter le nez" Et puis, on va pas se leurrer, je sortais de mes rénovations, mon compte en banque aussi appauvri que possible. A part la prostitution... je ne savais même pas me payé l'intervention. Et puis j'avais eu tellement d’écho à base de "Je l'ai fait ça n'a pas marché "ou encore pire "je l'ai fait mais le chir' m'a raté"... que ça ne me donnait pas envie d'y passer.

Début février de cette année, j'en ai eu plus que mare de me réveiller en pleine nuit en ayant l'impression d'étouffer et j'ai pris rendez-vous chez un pneumologue. C'est un vieux bonhomme, proche de sa retraite mais vraiment très cool, sympa et jovial. Certes pas très a l'heure dans ses rendez vous, mais il répond a toutes les questions avec gentillesse et bonhomie. Des médecins ouverts comme je les aime. 

En deux séances nous avons restabilisé mon asthme, confirmé que les chat c'est NO WAY! (Ouinnn!) mais que les chiens je peux (ouf!) et revu mon traitement. Les soufflets thoraciques sont au beau fixe.

J'ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes et de régler le problème que j'avais avec mon nez: Mec, laisse moi respirer!  Parce que je commençais en avoir sérieusement ras le bol que le moindre petit sinus enflammé finisse par me filer des migraines de tout les diables!

Le 16 septembre je prends un double rendez vous chez une oto-rhino-laryngologue (ORL pour faire court) : un pour moi pour avoir un autre diagnostique et un pour Luc. Nous avons bien fait rire la dame qui estime que nous nous sommes bien trouvé: Luc et moi partageons une grosse allergie aux chats et aux acariens/poussières. Une grosse déviation du septum, moi à droite, lui à gauche. Il est également allergique à l'humidité et aux moisissures (étonnant vu la rénovation récente de la maison) et surtout, surtout: il est hyper méga allergique au graminées. En on habite à la campagne avec des champs partout! En revanche pas de polypes. Mais le verdict est le même: avec une déviation encore pire que la mienne (il à cinq plus et moi "que" quatre) c'est aussi passage obligatoire par le billard. 

Suite à ce passage chez la spécialiste, j'ai été sous médrol, 3 jours un cachet complet au matin, les 3 suivant 1/2 et les trois dernier jours 1/4, je ne tolère pas bien le médicament. Il est couplé a des antibiotiques puissants. Je ne tolère pas bien le traitement qui dure 15 jours. 15 jours en mode zombie. Yeah!  Le but est d'essayer de diminuer l'ami Pol et peut être de l'éliminer. J'ai des doutes, l'ORL à des doutes... bref, c'est pas gagné.  J'ai aussi droit à un spray décongestionnant qui ne semble pas faire effet mais si, il fonctionne bien. Il a juste fallu que je me fasse à l'idée que cette sensation de nez bouché venait du polype. Une fois la déception passé:" Sort tout seul glandu! Nan tu veux pas? Méchannnnnnttttt" on s'y fait.

Mon époux lui est partit faire la guerre aux acariens: il a viré le surmatelas (et je peux te dire que les matelas c'est de la merde! ils sont dur comme du bois) pour y foutre des housses anti bébètes qui font un bruit de plastique, à viré mon doudou* du lit (mais je dors quand même avec, té!) a pris des housses d’édredons et d’oreiller qui font aussi un bruit de plastique... Et foutu la maison sur 19°. Et j'ai froid même en empilant les couches.

J'ai prévenu mon travail: déjà pour les deux rendez-vous médicaux et du fait que je n’échapperai pas à une intervention. (Luc me dit que non. Sa naïveté a quelque chose de rafraichissant...) On m'informe que mon autre collègue en a eu pour 6 semaines à s'en remettre.  Je ne sais pas quoi faire de mes 24 jours de congés, alors 6 semaines de maladie, je vais tourner comme un ours en cage! Ma patronne est désolée pour et semble bien plus embêtée que moi.

J'ai eu rdv pour mon scanner des sinus le 29 septembre, mais fatiguée comme je l'étais avec mon horaire très chargé, j'ai été déphasée et j'ai cru que c'était vendredi... J'ai donc reporter le scanner au 7 octobre. 20 minutes de déplacement, 10 minutes d'attente (une urgence est passée avant moi) deux minutes de scanner et fini...

Le  13 octobre j'ai eu mon second rendez vous avec l'ORL. Le polype à séché et diminué mais il est toujours là. Mhhh! Dommage. Ma cloison nasale est encore plus déviée que pensait le toubib. Le spray nasal a bien fait effet mais j'ai TROP de muqueuse séchée qui prennent trop de place dans mes sinus. Bilan final: septoplastie (la cloison quoi);,, ablation du polype et racler les sinus. Miam!

Le 17 octobre, on me contacte: mon opération se fera le 6 décembre dans la matinée. Génial la Saint Nicolas!  Je dois être à 7h à l'accueil de l'hopital et on me demande de prendre rdv avec l’anesthésiste environs 15 jours avant l'opération.

Je m'y suis présentée le 15 novembre. Tout s'est bien déroulé, on m'a confirmé l'idée que c'était une opération mineure (merci je savais déjà) et j'ai appris par la même que mon asthme était traitée comme une BPCO aka Bronchopneumopathie Chronique Obstructive. Ou la bronchite chronique pour le commun des mortels.

J- 6 avant l'opération et j'avoue que je vois venir la date avec un peu d'appréhension.

Inutile de préciser que je serai surement KO le 6,7 et 8. Et si mes calculs et renseignements sont bons, on me retirera les tampons ledit 8 décembre. Et comme j'ai interdiction formelle de conduire un véhicule dans les 48 heures après l'opération, je vais devoir demandé à mon beau père de me conduire car ni Luc ni mon père seront dispo...

La suite au prochain épisode quand je serai plus en forme.

Si tu as des questions ou autre, n'hésite pas, je répondrais de mon mieux en commentaires ;)

Cari 

* oui je dors avec un doudou... et j'assume!

lundi 28 novembre 2016

MSC: La récap du mois


Hello ^^

OH MY GOTH! Je n'en reviens pas! Je n'ai plus rien publié depuis le 4 novembre. Vraiment? J'ai l'impression que c'était hier. 

Apparemment j'ai vraiment une vie à coté de mon ordi. (Et pokémon Lune est sorti... si si, je suis le nose dedans!)(J'ai presque 30 ans, je joue à Pokémon et j'assume!)

Je vais donc te faire un joli récapitulatif des maquillages que j'ai réalisé pour le Monday Shadow Challenge organisé par Séverine, heureuse propriétaire du blog  Pimpante et rafraichie et les modalités de participations sont ici.
 

Bon si Sainte Séverine ne balance pas trop tard les couleurs du mois de décembre je pourrais prendre de l'avance pour le 12 et le 19 . Surtout pour le 12 en fait (histoire de nez, tout ça, tout ça) vu que j'aurai surement pas envie de montrer ma face bleue au monde à ce moment là. L'ORL dit non et tout ceux qui sont passé par la disent le contraire... (il faut VRAIMENT que je publie l'article!)

BREF!

Vieux rose (7/11)

Je le redoutais, un peu comme tout les rose. Je n'ai pas de vieux rose parce que j'en suis pas méga fan en makeup... comme tout les roses je crois *sifflote* la seule tiente qui s'en rapprochait était Nude Ist de Bourjeois alors j'y suis allée à la cool et je m'en suis tartinée les yeux. Je les ai toujours. Et ça colle à la peau, ça ne risque pas de creaser et j'ai du sortir l'amande douce pour l'enlever. Bref si tu l'aime pas en lipstic, voila un truc pour le recycler. #mercitatacari



Jaune (14/11)

Lui me faisait moins peur. Et toujours dans mon trip Pokémon, j'ai grimé un pikachu. J'en suis pas méga satisfaite mais franchement, grimer un pokémon... c'est difficile! (et puis j'ai penser trop tard à faire ses oreilles >.< )

Le godet de jaune était vraiment trop petit, j'ai du faire le fond jaune au pinceau. Depuis j'ai repris un grand godet et je crois que ce sera plus simple...




Bleu nuit (21/11)

Une couleur que j'attendais impatiemment. Je voulai (il y a longtemps) réaliser un motif galaxie. OUI, MAIS... cela semblait tellement évident... Et l'une d'entre toi, Zenopia, avait soufflé inocement que mes cornes de Maléfiques pourraient servir à faire une Twi'lek. Et l'autre d'entre toi, avait dit lors du MSC rouge "qu'on me verrait bien en dark Twi'lek", n'est-ce pas, Jenni...

Alors l'idée de la Twi'lek était ancrée mais je n'ai pas fait Darth Talon, la meuf  Twi'lek rouge trop badass du coté obscur. Un diy coupé par une migraine plus tard, avec l'aide de mon chéri...  (Les oreilles sont trop pointues, je sais)


Bah, j'ai créer une nana bleu nuit :) (Même si c'était le mercredi que j'ai publié...)


Le diy couture étant les lekkus (les "cornes" à l'arrière de la tête) qui sont mes 1ère. Peut mieux faire mais c'est bien. Et j'ai le mérite de les avoir faites moi même sur base d'un tuto youtube (que ferais-je sans toi,  Internet, je me le demande!)


Et j'en profite pour remercier toutes celles et ceux qui ont apprécié, le retour fait chaud au coeur. ♥♥♥♥♥
Pour les fards, j'ai utilisé un fards à l'eau en base (trop clair) puis j'ai posé dessus un fards à paupière bleu nuit Catrice. Les highlight ont été fait avec un fard Catrice (Again!) et le noir sur les yeux avec Night de la Fawless de Make up révolution.




Voici la vidéo, si ça intéresse quelqu'un:



Vert de gris (28/11)

La couleur qui m'a laissée pantoise. Déjà j'en ai pas et puis pour moi, il s'agit du résultat de la corrosion du cuivre... J'allais pas aller bien loin. J'ai donc bidouillé deux fards: j'ai posé Loaded -Smocked UD - en base et posé par dessus en petites touches Mushroom - de la même palette - le résultat s'approchant de ce que j'avais vu du vert de gris. Je l'ai accompagné avec Serpentina sur lequel j'ai tapoté Mushroom. C'est basique comparé à ma Twi'lek mais cette teinte ne m'a pas beaucoup inspirée.





Je ne sais pas encore qu'elle seront les couleurs du mois de décembre mais si on me laisse tranquille je ferai sûrement mes mu jeudi.

Bonne semaine à toi et masse de bisous,

Cari