jeudi 25 mai 2017

Ce désir d'enfant qui n'arrive pas...

Hello ^^

Je profite d'avoir du temps devant moi pour fignoler cet article. En ce moment, je ne sais pas ce que j'ai mais je suis fatiguée. Et je suis enlisée dans une désagréable impression d'être blasée de tout ce qui fait que je déserte tout ce qui n'est pas ménage et obligation (bon ok j'avais pas mal de retard, comme d'habitude! XD) J'ai également eu quelques inquiétudes familiales qui ont relégués les "loisirs" au second plant. 

En parlant loisir, je suis allée à Bruges avec mes collègues de travail la semaine passée et j'ai pris pleins de photos que je compte montrer ici une fois importée sur mon ordi. 


Voici un moment que cet article me trotte dans la tête. Je suis loin de la crise des trente ans mais fort est de constater que je suis dans la tranche d'âge que la norme aime asticoter: les 25 - 35 ans. Oui si tu n'as pas d'enfants tu passes pour un raté.

D'autant plus que j'ai la situation parfaite pour avoir droit au fameux :" Mais... pourquoi tu ne fais pas de p'tit? " il faut dire que j'ai le cumul gagnant: un mari avec 4 ans de mariage derrière nous, la maison, le travail stable, le chien et un utérus théoriquement fonctionnel. Il me manque juste le Saint CDI pour clôturer ce tableau idyllique.

Donc "on" s'attend à ce que je me décide à fabriquer un "mini moi"

Le hic?

Plus le temps passe et moins j'ai envie d'avoir des enfants. Moins NOUS AVONS envie... car dans ce cheminement nous sommes deux. Luc semble avoir autant de motivation que moi.

Et dire qu'il y a 10 ans j'en voulais tellement, tellement... j'étais tellement dingue de mon homme que c'était pour moi la manière la plus flagrante de lui montrer mon amour. Bon, j'aime toujours mon homme sinon je ne l'aurais pas épouser ;) je l'aime encore plus. En fait.

Pourtant c'est en apparence facile de faire des enfants, ça fait même un bout de temps que je maîtrise le mode d'emploi.

Mais je n'ai pas ce déclic, cette envie, ce besoin... et même la sacro sainte horloge biologique qui est censée te mettre sur la voie me semble en panne. Ne me dites pas que c'est un de ses modèles désuets qu'il fallait remonter tout les soirs?


Comment ai je pu passer d'une envie quasi viscérale à un néant total? Bien sûr j'ai mûri,  je ne suis plus celle que j'étais à l'aube de mes 20 ans. Et j'ai traverser des épreuves comme tout le monde. Mais... quoi? Pourquoi? I don't know.

C'est pas compliqué,  bien que mon désir de maternité semble être aller voir chez les autres si on y était bien, ça ne m'empêche pas de me réjouir pour les autres, de gagatiser devant un nourrisson et sourire aux progrès de ces petits bouts d'hommes ou de femmes.

Mais dès qu'on me demande si je suis la suivante, rien ne va plus! Le stress et l'angoisse montent, j'ai le cœur qui bat trop vite et trop fort, j'ai l'impression d'étouffer.  J'ai envie de prendre mes jambes à mon coup. Et cette société qui aime répéter que sans mômes,  tu n'es pas "une vraie " femme...

Je suis fille unique et mon entourage proche n'attend que ça, leurs petites allusions se font plus présentes, plus insistantes et se font sous la forme de petites piques. Limite j'ai l'impression que je devrais en faire pour eux.

Et, à contrario, j'ai encore plus peur de la pression familiale pendant la grossesse et après. Je reçois déjà pas mal de "conseils" et de commentaire pas toujours gentils ou bienveillant (voir vraiment déplacés ou incorrects). Pour être sincère, j'ai déjà des appréhensions maintenant mais j'avoue que penser à après... me donne des sueurs froides.

Mais tout ses gens qui jugent ou même mes parent, ils ne seront pas la pour les nuits pourries, les maladies... avec un bébé il n'y a pas de service après vente, pas moyen de le repousser d'ou il vient. Il y a la un caractère encore plus irrévocable que l'adoption d'un petit ou grand animal à quatre pattes.


J'en suis au point de songer sérieusement à voir un psychologue,  tellement j'ai l'impression d'être anormale.

Et pourtant je suis super heureuse dans ma vie, ça roule comme je veux,  j'ai un travail que j'adore et ma responsable adore les bébés.

Quand à Luc, l'homme, il est épargné par toute cette pression. On ne lui demande pas si sa machine fonctionne,  s'il sait comment on fait les bébés. S'il reste bien démuni face à mon mal être, il est la pour moi et m'assurer qu'un enfant n'est pas la clé de son bonheur,  puisqu'il souhaite vivre heureux avec moi. Et il ne se sent pas castré et n'est pas spécialement attiré par la paternité. On lui fiche bien plus la paix.

(Mais quand je vois ce qui s'est passé à Manchester... je n'ai peut être pas envie de mettre un enfant au monde, dans ce même monde qui tourne sot...) 

Pour moi, il a quelque chose de cassé quelque part en dedans de moi... et vraiment tout au fond ça me fait un peu mal.

D'être différente malgré moi.

Et toi, qu'en penses tu? C'est moi qui suis défaillante ou pas?


(Oui, oui, la fille est absente depuis plus d'un mois et elle revient avec un truc à te plomber le moral... J'en avais marre que cet article moisisse dans mes brouillons)

Des bisous et une bonne fin de semaine (on annonce du beau temps, je suis contente, je vai ressortir ma crème 50+) 




39 commentaires:

  1. Je n'ai pas l'impression que tu sois défaillante. Je sais par exemple que que je n'aurais jamais d'enfants (au grand damne de l'amoureux 1 et de ma meilleure amie, née avec un utérus défecteux), tout simplement parce que ça ne me correspond pas, ni à ma vision d'un couple, ni à la vie que je souhaite mener. Le choix d'avoir un enfant ou non n'appartient qu'à toi, et si tes proches te mettent la pression, c'est plus leur peur à eux dont il est question que les tiennes.
    Je n'ai jamais compris ces idéaux qu'on crache à la gueule des femmes, au fur et à mesure qu'elles avancent dans la vie. Et après on s'étonne qu'il y ait une grande partie des gens dépressifs appartenant au genre féminin. Je doute que ces mêmes personnes nous ompressant dans nos conditions d'épouse/mère/femme/que sais-je arriveraient à tolérer les charges mentales et émotionnelles dont on nous bourre à longueur de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà entendu des hommes dirent qu'ils ne voudraient pas être des femmes. Je crois que ça veut tout dire haha^^'

      J'admets qu'on écrase littéralement les femmes sous des tonnes de trucs et qu'après on s'étonne qu'elles ne tiennent pas la pression.(ben voyons!)

      Au fait pour mes proches qui me cassent les pieds, ils m'ont déjà jeté à la figure que pour eux je serai une mauvaise mère ou trop cool... (accordez vos violons les gars) et me trouvent mauvaise ménagère parce que je en suis pas maniaque comme eux.

      Heureusement pour moi, j'ai un époux en or :)

      Merci d'être passée par ici :)

      Supprimer
  2. Et tu sais le pire ? Imagine que si tu as un enfant, de gentilles personnes vont se mettre à te coller une pression parce que tu allaites/tu n'allaites pas, tu vas reprendre le travail, tu n'es plus aussi disponible, etc. Je trouve que pas mal de monde se permet des jugements en tous genres sur la vie des autres... sans qu'on leur demande ! Alors non, ma belle, tu n'est pas défaillante ! Tu es toi avec ton vécu, tes sentimenst et tes envies... Le choix d'avoir ou pas un enfant vous appartient à Luc et à toi et personne ne devrait vous embêter, essayer de vous forcer la main, etc. Courage ! et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis parfaitement au courant de tout ça, pas mal de femmes s'en plaignent (a juste titre d'ailleurs) et j'avoue, ça ne me tente pas! Et la pression du petit deuxième quand tu n'en n'as qu'un c'est aussi quelque chose! Même quand tu as quasi 30 piges et que les gens te regarde avec de la pitié dans le fond des yeux. (c'est le moment ou tu as envie d'en tuer un ou deux, histoire de calmer tes nerfs...)

      Apparemment avoir des enfants ou non est un choix collectif ou la raison de l’individu ne compte pas. Mais comme je suis têtue...

      Merci de me comprendre et d'être passée par ici :)

      Supprimer
  3. C'est tellement normal de ne pas vouloir d'enfant...Je n'en ai jamais vraiment voulu (j'arrive déjà pas à m'occuper de moi, alors d'un enfant, oula (et en plus je n'en ai pas envie, comme tu le dis si bien on vit dans un monde pourri (et y'a déjà trop d'humains))), ça implique plein de responsabilité, c'est pas du tout un choix que tu peux faire pour "faire comme tout le monde", il y a la vie de plusieurs êtres humains en jeu (la tienne, celle de ton mari qui se retrouvera père, et celle de l'enfant, justement).
    Tu n'es pas du tout anormale de ne pas en vouloir. Mais courage, ça doit être dur de résister à la pression. On finira par te foutre la paix avec ça. Dans tous les cas ce n'est pas toi qui a un problème mais les autres =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le gros soucis c'est que les autres s'efforcent de me faire comprendre que c'est moi, l'engrenage défaillant: t'es goth et t'as 30 ans, c'est pas normal; ça fait 5 ans que tu es dans ta boite et t'as pas de cdi, c'est pas normal; t'as pas horaire fixe, c'est pas normal; t'es pas bonne ménagère, c'est pas normal; tu veux pas d'enfant; tu es détraqué...

      Le jour ou je voudrais un enfant je souhaite que ce soit un projet voulu de tout coeur par les deux futur parents, pas une question d'urgence, de déshéritage ou que sais-je d'autre?

      J'ai une bonne résistance à la pression: j'ai été harcelée à l'école et j'ai un travail avec pas mal de responsabilité. Mais ça touche vraiment l'intime le plis intime et ça fait quand même mal.

      Et puis de toute façon, la terre est déjà surpeuplée :p

      Merci Léo et bisous ♥

      Supprimer
  4. A une époque je n'en voulais pas, mais la mère de mon ex m'a gentiment dit: ton horloge biologique tourne!! et j'étais encore étudiante (je finissais ma thèse) :/
    Et puis ensuite, ça ne s'est pas fait, pas la bonne personne, pas le bon moment et... maintenant je suis a un âge ou je ne pourrais plus en avoir. Je le regrette. Je peux adopter mais l'enfant ne sera pas de moi.
    Et puis vu le monde de maintenant...
    C'est votre décision, personne n'a le droit de vous juger ;)
    Et... welcome back Miss! Bizzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai aussi que faire un "bébé toute seule" c'est beau dans les chansons de Goldman mais après il faut l'assumer (d'être seule je veux dire)

      Pour ce qui est de l'adoption, je ne dirais rien là dessus car c'est ton vécu a toi et je ne juge pas :)

      Effectivement, vu le monde de maintenant, ça ne motive pas du tout (l'attentat à Manchester m'a encore plus motivée dans mon choix malheureusement!)

      Merci ^^ Oui je suis contente d'être revenue :D

      Supprimer
    2. Etant au chômage, sans compagnon, adopter n'est pas la chose a envisager maintenant.... ;)
      Bizz

      Supprimer
    3. Haha ^^' Désolée j'avais oublié (mémoire de poisson rouge bonjouuurrrr) oui je comprends parfaitement :) Bizz

      Supprimer
  5. Tu n'es pas du tout anormale... Bon je rentre pas encore dans la tranche d'âge que tu cites (mais bientôt :p) mais je dis déjà haut et fort que "c'est pas dit que j'aie des gosses !"
    Pour ma part "on verra bien", je vis actuellement retirée loin de toute civilisation en bonne geek xD donc pas terrible pour rencontrer du monde mais j'ai franchement pas envie d'un bébé pour l'instant !

    Courage ! Et c'est déjà top que Luc te soutienne, même si ta famille pourrait l'accepter aussi au lieu de te lancer des piques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma famille c'est compliqué: ils voulaient deux enfants mais j'ai cassé la machine à ma sortie (je plaisante pas en fait) donc il y a aussi ce deuxième qu'ils n'ont pu avoir. De plus je suis enfant unique. Mon mari ça passe mieux parce que mes beaux parents ont trois petits enfants grâce à ma belle soeur!

      Donc pour eux c'est eu peu leur gacher le fait d'avoir un second enfant par procuration. (c'est pas très gentil mais c'est lucide XD)

      Mais on est bien dans le monde geek, c'est merveilleux là bas. dit la fille qui a épouser un gameur :p

      Supprimer
  6. Dès que je me suis mise avec l'Homme, qu'on a eu notre maison j'ai voulu un enfant. Puis ça m'a complètement passé, comme toi mais maintenant ça revient, j'ai même arrêté la pilule et je laisse la nature faire son travail. Je n'en ressens plus le besoin viscéral mais je pense le regretter plus tard, qu'une fois plus vieille je me retrouve seule et abandonné à ma vieillesse. Je ne veux pas finir seule. Et je suis aussi convaincue que tous ce que je fais maintenant je pourrais le faire avec un bébé, je le vois avec mes amis. Ca me fait moins peur, de voir que ma vie va changer mais malgré tout pourra rester la même. Par contre je continue de dire à tous mon entourage que je n'en veux pas, que je suis "allergique", pour qu'on me foute la paix. J'ai même eu ma période où j'étais presque à dire que je ne pouvais pas en avoir juste pour qu'on me laisse tranquille, je ne l'ai pas fais.
    Tout le monde n'a pas les mêmes besoins et envies, peut être qu'en parler à quelqu'un t'aiderai mais crois moi, tu n'es pas anormale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis presque a dire que je suis stérile pour qu'on me laisse tranquille mais bon, c'est pas a dire je crois XD

      Je comprend que tu ne veuille pas être seule pour tes vieux jours, c'est un bon argument. Sans vouloir le plomber, je connais des personnes âgées qui ont des enfants et qu'on ne voit jamais... Pas possible de les joindre, ne viennent pas au réunion... etc et à contrario des personnes seules qui sont hyper entourée par des voisin, des amis... (les gardes malades, les infi...) et qui le vivent bien.

      Mais je trouve ça chouette que tu ai envie d'avoir des enfants et je te souhaite d'être très heureuse. *petite danse de la joie*

      Mon problème a moi c'est que plus le temps passe et plus mon envie s'éloigne. Et ça c'est gênant XD

      Supprimer
    2. Non c'est pas génant :) peut être que tout simplement tu n'as pas besoin d'enfants pour être comblé. Perso je suis assez comblée sans enfant, j'en ressens pas le besoin vital d'en avoir, ça arrivera quand ça arrivera. Mais en plus de la solitude c'est aussi le fait qu'un jour je regrette le fait de ne pas en avoir eu et que ça soit trop tard. Il n'y a rien d'obligatoire, vos décisions, vos choix après tout c'est ta vie et tu as le droit d'en disposer comme tu veux :)

      Supprimer
    3. Prends moi pour une quiche mais j'ai peur de ...regretter d'en avoir eu (et c'est très tabou, toutes les femmes sont censées être comblée avec la maternité) effectivement, je me sens bien dans ma vie et je suis très heureuse comme ça ;)

      Supprimer
    4. Je t'avoue que ça me passe aussi par la tête !

      Supprimer
  7. Bonjour :)

    Je n'ai jamais voulu d'enfant et les années passent, sans que rien ne change. Je vais avoir 25 ans, je suis mariée, propriétaire, en situation stable et mon mari aussi ... Lui, il a 30 ans. Autant dire qu'on est pile dans le "bon moment".

    La pression est clairement montée d'un cran après le mariage alors que je n'avais que 22 ans. Mes cousins font tous des enfants, en ce moment. Ils ne comprennent pas. Et les réflexions sont de plus en plus violentes.

    La famille n'apprécie pas qu'on déroge au schéma établi depuis tant d'années. Qu'on "sabote" ce qu'elle a mis en place. C'est comme un déshonneur. C'est comme ça que je le ressens en tout cas.

    Maintenant, ils se permettent même de me mettre en défaut, et demande à mon mari si LUI, il en veut. Je ne saurais décrire l'effet que ça me fait.

    Bref, tout ça pour dire que tu n'es pas défaillante. Tu as changé d'avis, ça arrive. Tu n'as pas a faire ça pour eux, mais pour toi, pour vous. Je comprends ta tristesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu la pression dès que j'ai emménager avec mon homme, alors qu'on voulais seulement apprendre à vivre à deux et à voir si on se supporte toute la journée. Par contre après le mariage on m'a laissé tranquille car j'avais une maison à retaper sur les bras. D'ailleurs j'avais une "interdiction" de tomber enceinte. (et parfois ça se commande pas XD)

      Tu devrait voir la tête de mes parents qui ont demandé, un jour, à mon mari, si lui, n'en n'avait pas marre d'une meuf qui ne voulais pas d'enfant et qu'il à répondu que lui non plus n'en voulais pas. Un soufflé magistralement retombé. J'en ai ris pendant des jours!

      Tu m’ôte les mots de la bouche, un déshonneur, c'est vraiment ça!

      heureusement que nous avons changé d'avis tout les deux, un peu se soutenir l'un l'autre.

      Merci à toi d'être passée par ici :)

      Supprimer
  8. Alors là tu n'est absolument pas défaillante !!!!
    Moi non plus je ne veux pas d'enfant (je n'en ai jamais voulu en fait), j'aime pas ça, et quand on me parle/montre les progrès du morveux ou de la morveuse, j'en ai strictement rien à secouer en fait lol !!!!

    Et c'est humain de ne pas vouloir qu'un rampant hurleur ne nous gâche pas nos nuits. C'est humain de ne pas vouloir avoir son corps déformé et google maps sur les seins et le ventre. C'est humain de ne pas vouloir devoir s'inquiéter pour une personne en plus, qui par-dessus le marché n'est même pas autonome. C'est humain de savoir qu'un être humain n'est pas un tamagotchi :)

    Donc voilà. Tu n'as pas besoin de psy, tu n'es pas anormale !!! C'est la société qui l'est !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha^^ Le coup du tamagotchi! j'en ris encore!

      Peut être que je suis trop consciente de ce qui se passe quand on a un ou des enfants. Je crois que j'aime bien notre petite vie à trois (avec wouf!) en fait ^^'

      Voir les autres me parler ou me montrer des enfants ne me gêne pas mais ca ne me donne pas d'envie non plus.

      Ca fait longtemps que je sais que la société n'est plus très droite dans ses bottes.

      Merci à toi et gros bisous.

      Supprimer
  9. Merci pour cet article. Je ressent la même chose et comme toi, je constate que la pression se fait surtout sur la femme, quand on laisse l'homme tranquille. Finalement, souvent, ce choix de vie se transforme en souffrance, et je trouve ça terrible. Ceux qui te demandent pourquoi (question pas mal intime en soi !), ceux qui te disent que tu changeras d'avis (invalidant au passage tes choix), ceux qui t'accusent d'être égoïste (comme si faire un enfant ne l'était pas également), ceux qui te font de la rhétorique en te disant que si tes parents avaient pensé comme toi tu ne serais pas là (?????).... c'est lourd à porter, parfois. Mais de te lire, je me sens moins seule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et de rien ^^

      J'ai lu des forums sur le sujets (en mangeant du pop corn parce que les débats, accroche toi bien) et c'est le ressenti de beaucoup de femmes: la solitude. Donc je crois qu'effectivement, nous ne sommes pas seules.

      Quand au fait de me dire que je vais regretter ce choix... j'entends aussi à demi mot des femmes qui regrettent d'avoir eu des enfants. Mais je crois que c'est encore plus tabou et "choquant" que celles qui n'en veulent pas.

      Merci a toi d'être passée par ici, C.

      Supprimer
  10. Bonjour et merci pour cet article qui reflète totalement ce que je ressens face au non désir d'enfants. 30 ans passés et je ne veux pas d'enfants, je me sens également défaillante. Pourtant ma famille proche ne me met pas la pression, mes parents s'en accommodent, quand leurs amis leur montrent les photos des petits enfants, ils sortent les photos de nos chats XD Mais ce sont toutes ces petites remarques d'autres qui pèsent : "passé 30 ans tu es périmé", quand on m'annonce une grossesse on me demande quasi instantanément "et vous, vous vous y mettez quand ?". Je suis la dernière de mon cercle d'ami à ne pas être tombée dans la maternité et la seule avec ce non désir. C'est pas évident. Le fait de ne pas pouvoir partager une expérience de grossesse me donne l'impression d'être quelque part exclue des discussions ou d'être mise dans le rôle de celle qui doit apprendre des autres pour plus tard ... ou pas ... Et ce n'est pas faute d'aimer les enfants, je travaille avec des enfants, je sais à quel point ces petits monstres peuvent te pomper toute ton énergie mais aussi à quel point ils peuvent être adorables ^^
    Faire un enfant ne se décide pas à la légère et dans mon cas (précarité salariale et émotionnelle, l'anxiété me bouffe), je ne peux pas me permettre de faire un enfant même si je le voulais. Et quand on a conscience de l'état écologique, au combien dramatique, de la planète, je ne suis pas sur que ce soit un cadeau pour un futur petit humain que de naître ... (mais ça je ne le dis pas à mes copines qui sont mamans).

    Bref, il n'y a plus qu'à assumer notre "marginalité" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passé 30 ans tu es périmé, ah ils ont été plus gentil que moi, on me l'a dit à mes 25 ans!

      Ma chance à moi c'est que mon cercle d'ami (nous sommes tous des gros gameurs en puissance) est aussi pressé que moi pour en faire donc c'est cool en ce moment ;) On joue à Zelda jusque 5h du matin et on en n'est fier!

      Je suis d'accord avec toi, cn enfant ça se fait pas comme ça, ça doit être murement réfléchi et voulu par les deux parties.

      et puis bon, en dehors du fait que la terre est surpeuplée, qui la dégrade fissa, avec le terrorisme et ce qui est arrivé à Manchester avec au concert d'Ariana Grande, ça apporte juste de l'eau à mon moulin!

      Effectivement, y a plus qu'a assumer cette différence ;)

      Merci pour ton passage

      Supprimer
  11. J'ai 28 ans, et quand j'étais plus jeune je me voyais avec deux enfants. Maintenant je me dis que un c'est bien.
    Il y a 3 mois, mon ex m'a quitté, lui avait déjà un enfant, et maintenant il n'en veut plus. Il ne voulait pas me privé de ça malgré le faite que je n'ai jamais rien dit à ce sujet, car pour le moment je suis bien même si oui j'aime bien les gosses en général, mais comme tu dis l'horloge ne me titille pas non plus.
    Alors oui chaque mois, ma coiffeuse me demandait " alors toujours pas d'enfant à l'horizon etc" mais je suis désolée (enfin non) mais NON, je ne vais pas faire un enfant juste pour faire plaisir aux gens et parce que ça fait des années je suis en couple...
    Du coup maintenant je suis seule, je n'ai toujours pas envie plus que ça, et je me demande si cette envie viendra finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arfff :/ Désolée pour ta rupture récente. Et puis c'est sympa de dire qu'il ne veut pas te priver de ça mais si tu était bien avec lui et son enfant, y a pas mort d'homme.

      Moi c'est une de mes collègues, qui, à chaque réunion (j'en ai une par mois) me demande si je ne fais toujours pas d'enfants. Et j'en voit d'autres qui lèvent les yeux au ciel et pensant très fort "mais de quoi je me mêle?"
      Ce à quoi je réponds que j'ai un gros bébé poilu qui requière toute mon attention.

      C'est exactement ça, tu dois faire un enfant pour répondre à la sainte norme et tout ce que tu pense, ben, on s'en fout!

      Comme toi, j'attends que cette foutue envie veuille bien finir par se montrer et pas à mes 50 ans svp!

      Supprimer
  12. Ne t'en fais pas, tu es parfaitement normale.
    Je conçois que de voir un de tes désirs changer comme ça te perturbe, mais t'en fais pas. (Hypothèse à l'arrache : pit-être que ton fort désir de l'époque était simplement un "réflexe" inculqué par la société ou était induit par les hormones en folie au début de votre passion ^^.)

    Parmi les "child-free" il y en a qui n'ont simplement pas envie d'avoir d'enfant, d'autres qui auraient envie mais ont peur de la grossesse et/ou de l'accouchement, d'autres qui ont des raisons rationnelles de ne pas en faire, d'autres qui ressentent viscéralement la non-envie d'en avoir, d'autres qui ne sont pas fixées, ...

    Tant que vous êtes tous les deux à l'aise à ce sujet, c'est le plus important. Et ceux qui s'immiscent et vous font des réflexions, tu peux leur dire merde !
    C'est votre vie, c'est vous qui allez vivre pendant des dizaines d'années avec ou sans cet enfant, ils n'ont rien à dire.
    C'est toujours pareil : à croire ces andouilles tu es assez âgée pour décider d'avoir un enfant, mais trop jeune pour décider de ne pas en avoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'age pour avoir des enfants selon la société est... cocasse! A 25 ans tu es trop jeune mais à 26 tu es trop vieille. D'accord, y a une histoire de marmotte et de papier alu là...

      Je suppose que oui c'était ça, norme de mes fesses + début de passion = "i want baby" Parfois je regrette de ne pas l'avoir fait à ce moment là, il aurait 10 ans et ce serai plus simple. (ou pas)(rien n'est jamais simple)

      J'avoue je suis curieuse d'une vie avec un enfant, la grossesse et l'accouchement mes font me poser des tas de questions. Mais c'est pas comme tester une nouvelle couleur de cheveux, un nouveau style... on peut revenir en arrière, un enfant c'est irrémédiable. Je pense que "juste de la curiosité" c'est un argument un peu faible à mes yeux. Je crois que faire un enfant par curiosité ou en faire un pour les proches ou la société, c'est une very bad idee !

      Et puis je suis pas débile, une fois su'il y en aura un, tu as tout un tas de pressions supplémaentaires; le pression du petit deuz', la manière de l'éduquer, nos choix, nos convictions...

      Ca fait longtemps que je suis au courant que "les autres" (c'est l'enfer)(pardon) sont des mèles-tout et des juges en puissance mais a chaque fois que je me dit que ça peut pas être pire... je devrais rayé cette phrase de mon vocabulaire XD

      Merci a toi :)

      Supprimer
  13. On est toujours les défaillants de quelqu'un! ;) Moi en ce moment c'est avec le boulot qu'on me colle la pression. J'ai deux amies qui n'ont pas d'enfant... une parce qu'elle ne se sent pas capable, l'autre parce qu'elle n'en veut pas. Elle a 32 ans. Tout le monde la soule avec ça. ça lui pèse... mais elle a compris que l'essentiel est qu'elle se sente bien avec ça, elle, toute seule. Elle a même quitté son compagnon depuis plus de 10 ans qui lui en veut finalement... comme quoi...
    Nous avons eu le premier quand j'avais 36 ans... ceux qui ne savaient pas que nous ne pouvions pas en avoir (la grande majorité des gens) n'avaient de cesse de nous rappeler qu'il serait temps d'y penser... les gens, c'est chiant. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour çà que je n'harcèle pas les gens: déjà moi ça me saoule! Ensuite je ne sais rien de la personne en face de moi, cela pourrait être un couple avec des difficultés à concevoir, un soucis d'infertilité ou d'autres problèmes. Comme je n'ai pas envie de retourner le couteau dans la plaie, je ne dis rien. Et puis les gens font ce qu'ils veulent.

      Je ne sais pas comment tourner ma phrase mais je suis contente que tu ai pu avoir tes enfants ;) J'aurai moins d'anecdotes croustillantes à lire sur ton blog :p

      Supprimer
  14. J'ai 26 ans, ça fait un mois que j'ai lancé mon entreprise, 6 ans que je suis avec mon copain et bientot 2 ans de pacses. J'ai de plus en plus d'amis de mon entourage ayant des enfants et on nous a déjà fait lancer quelques piques. Mais à vrai dire on est pas pressé, je dirais même qu'actuellement j'ai d'autres choses à penser d'un point de vu pro. j'ai terminé ma dernière formation en février alors j'ai envie de profiter d'autres choses car je ne me vois pas tout gérer. Je n'ai pas envie de me casser la tête à penser a ça et si c'est le moment ou pas car dans ma tête ça ne l'ai pas donc pour le moment c'est non. C'est pareil devoir me justifier du pourquoi j'en veut pas maintenant me gonfle surtout que je sors a peine de mes études... Tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi c'est pas cool de mettre la pression aux gens pour un choix (qu'on souhaite ou non) qui est finalement très personnel et doit être réfléchis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah écoute, on m'a déjà demandé si je comptais faire les "essais bébés" alors que je venais de décrocher mon tout premier travail (je l'avais depuis 1 mois) et que je venais d'emménager avec Luc pour qu'ont apprennent à vivre ensemble.

      Nan c'est pas cool. Et puis imagine que nous ayons du mal à concevoir... bonjour le couteau qu'on remue sans cesse dans la plaie.

      Ça me gonfle que les gens s’immiscent à ce point là dans l'intimité de deux personnes... mais occupez-vous de vos fesses d'abord!

      Je comprend que tu ai autre choses à penser, lancer son entreprise doit être une formidable aventure (toutes mes félicitations d'ailleurs!) mais tu dois surement penser à milles choses et en peaufiner milles autres.

      Mais se justifier sans cesse, que d'énergie perdue!

      Supprimer
  15. Aahhhhh la malchance d'être fille unique et de devoir assurer la descendance... je connais ça via mon mari. Ses parents n'ayant eu que lui ils espéraient grandement un bébé. De mon côté j'ai un grand frère qui est papa donc au moins ma mère peut se rabattre sur ça. Mais j'imagine que du coup la pression est (inconsciemment) plus grande sur tes épaules.
    En dehors de ça rien d'anormal. La société veut faire passer le modèle parental pour la norme mais il existe des tas de couples qui décident de ne pas avoir d'enfant, des femmes qui assument ce choix au quotidien. C'est certes un défi, une contrainte, alors que ça ne devrait pas poser tant de problème mais bon.
    Qu'est ce qui est le pire ? Ceux qui font des gosses pour ne pas s'en occuper et les accompagner dans la vie ou ceux qui décident de ne pas en avoir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma belle sœur à trois enfants. Du coté de Luc, on est save. En prime, mes parents en voulaient un deuxième et ben, c'était beaucoup trop dangereux pour la santé de ma maman. Donc, j'ai en plus droit à des projections qui ne sont pas les miennes.

      Ben la pression n'est pas inconsciente, elle est là (et très lourde!) d'autant plus que ses mêmes parents m'ont déja dit que pour eux je serai une mère désastreuse. Oui, oui, plus paradoxal tu meurs je crois! XD

      Je ne peut que lever un pouce vers le haut en lisant ta dernière phrase. C'est quoi le pire, pas en avoir et assumer que d'en avoir et de ne pas assumer?

      Supprimer
  16. Bonjour Cari, je lis ton blog depuis longtemps sans jamais intervenir et puis là...Cet article m'interpelle. Je fais partie de ces femmes qui se sont servi de leur utérus et ça ne m'a pas mise à l'abri des critiques. Pas sur le nombre d'enfants ou leur écart d'âge mais sur le fait d'avoir eu des enfants. Je retrouve dans les commentaires de ton article tout ce qu'on m'a balancé à la gueule sur le fait d'avoir "pondu" (nuits gâchées par un morveux, corps déformé et vergetures = faut être totalement conne pour s'infliger ça). Je passe sur le mépris, les vannes et les rictus quand je mentionnais le fait d'être mère. Contrairement à toi j'ai l'impression que la tendance actuelle est justement de ne pas vouloir d'enfants et que celles qui décident de procréer sont cataloguées débiles.
    Les gens qui te critiquent et t'envoient des vannes sur ton absence d'envie de maternité sont comme ceux qui me critiquent le fait d'être mère : de gros cons qui se mêlent de ce qui ne les regardent pas.
    Vouloir un enfant ou ne pas en vouloir, franchement on s'en tape, le principal est que tu sois heureuse. C'est ton bonheur le plus important dans l'histoire. Et si ton bonheur c'est ta vie telle qu'elle est, sans enfant, alors vis la sans culpabiliser. Tu ne pourras jamais éviter les critiques, quoique tu fasses, donc fais ce dont TU as envie sans te préoccuper de l'opinion des autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anna, lectrice de l'ombre ;) (j'en suis une aussi, t'inquiète =) )

      Oui j'ai remarqué aussi qu'on critique ceux qui en ont et au final , la société ne sait pas ce qu'elle veut: t'en a : tu es con, tu n'en n'a pas, ben tu es con... quand même.

      en fait je comprends pas pourquoi ont critique les gens tout court. J'avoue que je pose pleins de questions aux mamans (du moins celles qui y répondes sans vouloir me convertir) pour essayer de comprendre le fonctionnement d'une famille avec un ou des enfants. Je suis juste curieuse et c'est pas de la méchanceté.

      Bref, tu as des enfants, tu les assumes et je trouve ça formidable.

      Effectivement, le fait d'être heureux devrait convenir à tout le monde et on ne devrait pas avoir à redire de ça.

      Merci beaucoup pour ton commentaire ici et il suffit de garder la tête haute fasse aux critiques :)

      Supprimer
  17. J'ai 26, ça fait 7 ans que je suis avec mon copain et je ne suis toujours pas mariée ou pacsée.

    Ta question est intéressante car je me posais la même question au sujet du mariage pour ma part. Est-ce que rester 7 ans avec son copain sans se marier et être encore pas mariée à 26 ans c'est mal ? Car tu vois je connais des personnes qui sont même pas emsemble depuis un an et qui se marient ou se pacsent. Fin bref.

    Non, tu es n'es pas anormale, tu es toi c'est tout. Tu ne ressens pas le besoin d'avoir des enfants, c'est ton choix et je pense que les autres devraient l'accepter et non te mettre la pression avec des sous entendus lourds.

    Le problème des enfants, c'est à cause de la société. C'est comme pour être heureux faut forcément avoir la maison, le travail et bien sûr les enfants, si tu as tout ça tu as forcément réussit ta vie ! Et pourtant, ça n'empêche pas qu'il y ai des tas de soucis, des parents/enfants qui se suicident, d'autres qui font des dépression, d'autres qui boivent etc...

    Je dois être anormale aussi en pensant que la clé de la réussite de la vie, ne se trouve pas dans ses valeurs je pense. Ne pense pas que tu dois aller voir un psychologue pour ça, je pense, le mieux c'est d'en parler avec ton homme (enfin si c'est pas déjà fait) et d'essayer d'expliquer à tes proches que pour l'instant, tu ne ressens pas le besoin de concevoir. Et puis bon, y'a des femmes qui n'ont pas d'enfants et qui sont aussi très heureuses dans leur vie comme ça et ce ne sont pas des être 'anormaux".

    Voilà tout ce que je peux te dire pour te faire relativiser la chose. Ne te vois pas comme une machine à pondre, désolée de le dire comme ça, mais c'est ce que je ressens à travers tes mots. Vois toi comme un individu, libre de sa pensée et de ses choix. :)

    RépondreSupprimer
  18. Hello,
    N'aurais-tu pas tout simplement eu ta poussée d'hormones trop tôt ? Et du coup, ben voilà... c'est passé. Fini le "bon moment" décidée pour toi biologiquement.
    Je l'ai eu cette envie visceral y a de ça 2 ans maintenant (juste une envie d'envoyer valser la pilule et tout moyen de contraction à la flotte, ainsi qu'une impression d'avoir raté ma vie à chaque menstruation). De temps en temps, j'ai un pique de rappel. Mais ça m'est tout de même bien passé. Je redeviens la moi qui n'en veut pas vraiment.
    En Belgique du moins, non merci. ^^
    Tu n'es pas anormale. Dans le monde d'aujourd'hui, tu as ce choix. Faudrait juste que tous le comprennent et l'intègre !
    ++

    RépondreSupprimer

Laisse moi une petite bafouille, j'y répondrais.